Les différentes étapes de réalisation d’une pièce en céramique artisanale

Les différentes étapes de réalisation d’une pièce en céramique artisanale

Le façonnage d’une pièce en céramique artisanale :

Plusieurs possibilité s’offre à vous :

Modelage d’une pièce  en céramique artisanale

Technique ancestrale, le modelage est la mise en forme d’une boule de terre par la pression des doigts.

Estampage et calibrage d’une pièce  en céramique artisanale

Des morceaux de terre sont appliqués sur ou à l’intérieur d’un moule (calebasse, pot en terre cuite, moule en platre…) la terre est ensuite lissée à l’aide d’un outil comme une estèque.

Montage au colombin d’une pièce  en céramique artisanale

Le colombin est un cylindre de terre long et étroit roulé sur une table sous la paume des mains ( un boudin de terre). Les colombins sont assemblés pour élaborer une pièce. Cette technique permet de réaliser de grandes pièces avec des formes libres. Les colombins sont empilés les uns sur les autres puis lissés avec un outil et/ou martelé avec une batte en bois.

Montage à la plaque d’une pièce  en céramique artisanale

Des plaques de terre sont réalisées à l’aide d’un rouleau ou d’une crouteuse puis assemblées à la barbotine. la barbotine est un mélange de terre sèche avec de l’eau, elle sert de colle. Elle peut être additionnée de cellulose pour améliorer l’adhérence.

Cette technique est relativement rapide, elle permet de réaliser des pièces géométriques ou cylindriques grâce au collage des deux extrémités de la plaque. Elle présente quelques inconvénients : la diversité des formes et limitées et les risques de fissures au séchage sont plus importants.

Tournage d’une pièce  en céramique artisanale

La technique la plus perfectionnée est celle du tournage. Cette technique nécessite un long apprentissage. Cette technique permet d’obtenir rapidement des formes plus régulières, des pièces plus légères et limite les fissures au séchage.

Plusieurs étapes sont nécessaires pour réaliser un bol en céramique artisanale au tournage : la préparation de sa boule de terre, elle ne doit pas comporter de bulle, le centrage de la terre sur la girelle (plaque métallique rotative sur laquelle la boulle de terre est placée) et le montage.

Une fois que la pièce est montée et après un petit temps de séchage, la pièce est tournassée pour façonner le pied.

Moulage ou coulage d’une pièce  en céramique artisanale

La terre est sous forme pâteuse ou liquide on l’appelle de la barbotine. On utilise un moule en plâtre ou en terre cuite. La barbotine est introduite dans le moule. Après quelques minutes de prise, l’excédent de barbotine est vidé.

Techniques de cuisson de la pièce en céramique artisanale

Pour la cuisson, les différentes pièces obtenues sont disposées dans un four (à bois, électrique, au gaz) à une température de 850 à 1300 °C pendant environ 8 heures. La température de cuisson dépend de la terre utilisée. On obtient alors le « biscuit ».

Les pièces qui seront émaillées doivent subirent deux cuissons, une première cuisson à environ 980°C pour obtenir un biscuit. ce biscuit sera trempé dans un émail transparent ou coloré et subira ensuite une seconde cuisson à une température qui se situe entre 980°C et 1300°C selon la terre utilisée.

Le décor d’une pièce en céramique artisanale

Le décor de la pièce en céramique artisanale sur terre crue

Un engobe est appliqué sur la terre crue. L’engobe est un revêtement mince à base d’argile délayée, appliqué sur une pièce céramique pour modifier sa couleur naturelle, pour lui donner un aspect lisse ou pour obtenir une couche de base.

Cet engobe est additionné d’oxydes métalliques pour créer la couleur. La couleur peut être appliquée au pinceau, à la poire… . Le motif peut être exécuté par un procédé mécanique, scarification ou gravure de la surface… La pièce est cuite à 980°c pour obtenir un biscuit.

Le décor de la pièce en céramique artisanale sur biscuit

Après une première cuisson la pièce en céramique artisanale est trempée dans un émail coloré par des oxydes.

Le décor de la pièce en céramique artisanale sur émail

Les pièces sont décorées après la seconde cuisson celle de l’émail elles subissent un troisième feu. C’est le cas pour les pièces en céramique artisanale dorées à l’or.

L’émaillage d’une pièce en céramique artisanale

La poterie reste poreuse après cuisson, c’est-à-dire qu’elle peut absorber de l’eau et est sensible au gel. Cela la distingue du grès qui, comme la porcelaine, est totalement vitrifié.

Afin que les pièces en faïence restent étanches elles seront émaillées et elles subiront une seconde cuisson.

L’émail est une couche de poudre diluée dans de l’eau, qui devient du verre fondu à la surface d’une argile. A un certain degré de cuisson. La couche de minéraux entre en fusion et cet émail liquide se colle à l’argile. Refroidi, il peut être brillant ou mat, transparent ou opaque, plus ou moins coloré selon la recette utilisée. Il y a toujours 3 composants de base:

– La silice qui constitue le verre

– Un  fondant dont dépend le point de fusion

– l’alumine qui stabilise l’émail pour le souder à l’argile.

Les différentes matières 1ères employées pour la composition d’un émail peuvent être silice, alumine, feldspath, kaolin, talc…et comme oxydes colorants: titane, oxyde ou carbonate de cuivre, cobalt, oxyde de fer, manganèse, étain, chrome etc… De nombreux essais sont nécessaires à l’élaboration d’un émail…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.